• Retraite durable ...

    Prémunir l'entrepreneur, ses salariés
    ainsi que les professionnels indépendants des risques au travail :
    prévoyance et épargne - retraite,
    investissements durables,
    et gestion de patrimoine

     

  • Assurer votre future retraite :

    Nous privilégions et conseillons des fonds de placements
    qui répondent aux enjeux éthiques et durables, labellisés I.S.R., soit Investissements Socialement Responsables...

    Accompagner les entrepreneurs et les salariés

    La retraite :
     
    Phase importante de la vie des salariés,
    elle peut même constituer une véritable rupture : professionnelle bien sûr, mais aussi personnelle avec un bouleversement des rythmes de vie et des rapports sociaux…
     
    Faute d’information et de sensibilisation, les salariés anticipent généralement mal cette transition.
    Nous vous proposons une journée de sensibilisation, voire de formation, à l’ensemble de vos salariés séniors sur le thème du départ à la retraite.
     
    Au cours de cette journée, nos consultants formateurs sensibilisent les futurs retraités à la nécessaire préparation de cette autre vie.
     
    Nous abordons deux grands thèmes :
    1. le premier pour apporter une information détaillée sur les régimes obligatoires et complémentaires,
    2. le second pour familiariser le salarié à la problématique de sa retraite, ainsi que les solutions présentes sur le marché.

    Proposer des programmes de retraite complémentaire pour les indépendants, et

    les entreprises ...

    SWISSLIFE, AXA, AG2R la MONDIALE, MACIF, MALAKOFF MEDERIC ...

    Nous disposons un large choix de contrats d'épargne retraite individuelle, pour les indépendants mais aussi collective pour les PME et PMI

     

    Compléter les prestations des régimes obligatoires pour constituer progressivement un revenu complémentaire satisfaisant à la retraite, tout en réduisant vos impôts pendant la phase d’épargne.

     

    Vous souhaitez souscrire un contrat d’épargne retraite auprès de votre assureur ?
     
    Qu’il s’agisse d’un PERP (Plan d’Epargne Retraite Populaire), d’un PERCO (Plan d’Epargne Retraite Collective), ou même d’un PEE (Plan d’Epargne Entreprise),
    les plans d’épargne retraite peuvent s’avérer complexes, et il est parfois très difficile d’en comprendre le fonctionnement.

     

     

    Choisir son programme selon ses besoins :

    Des centaines de fonds d'investissements retraite en architecture ouverte qui répondent à tous les objectifs possibles
    selon les profils les plus variés ...
     
    Du sur mesure,
    et un suivi unique ...
     

    Une retraite complémentaire pour

    les non salariés, les salariés à titre individuel ou bien collectif...

     

    • quel que soit votre statut et votre profession, à partir de tout âge...
     
    • pour les  particuliers et             pour les entreprises, nous vous aideront à financer vos programmes retraite...
     
    • ... en s'adaptant aux évolutions économiques, sociales et financières ...
     
    PAR POINTS ...
    PAR CAPITALISATION ...
  • Préparer sa retraite souhaitée tout au long

    de sa vie professionnelle …

    La nature de ses activités conditionne son niveau de vie au moment de sa retraite !

    Le système actuel est par répartition et de solidarité entre les générations :

     

    les actifs cotisent pour les inactifs !

     

    Or le rapport démographique entre eux devient défavorable,

    et les cotisations sur le travail sont de plus en plus lourdes,

    donc ce dispositif ne permet plus d'assurer des retraites fiables à moyen et à long terme !

     

     

    Comment cela fonctionne ?

     

    Le paritarisme est un facteur essentiel du fonctionnement des régimes de retraite complémentaire. L’Arrco et l’Agirc sont gérés par les organisations syndicales de salariés et des employeurs.


    Votre régime de retraite est défini par votre statut professionnel et votre secteur d’activité. Il existe 35 régimes de retraite en France pour les salariés du public et du privé.

     

    Ce que dit la loi

    Après la loi de novembre 2010 qui repousse de 60 à 62 ans l'âge légal de départ à la retraite, le décret Hollande a permis d’assouplir le dispositif des carrières longues. Il permet aux salariés ayant commencé de travailler avant l’âge de 20 ans et disposant de la totalité de leur durée de cotisation de prendre leur retraite à 60 ans.

     

    Vous pouvez aussi consulter le site :

    https://www.info-retraite.fr/portail-services/#/login#header

    qui vous permet notamment de simuler votre âge de départ à la retraite à taux plein ou le montant de votre pension.

     

     

    Quel régime de retraite pour les artisans et commerçants ?

     

    La retraite complémentaire est obligatoire depuis 1979 pour les artisans et depuis 2004 pour les commerçants. Elle se base sur un système de points acquis ; leur valeur étant revalorisée chaque année.

     

    Pour les commerçants, les cotisations versées avant 2004 au régime dit « des conjoints » vous permettent une majoration de votre retraite de base sous certaines conditions (durée de mariage, âge du conjoint, durée d’activité, revenus).

     

    Les artisans et commerçants ont également la possibilité de souscrire un contrat de retraite dit « Madelin », dont les cotisations sont déductibles de leur revenu imposable, dans certaines limites.

     

    À partir de 2013 le régime complémentaire est identique pour le commerçant et l’artisan.

    Il y a deux taux de cotisation : 7% sur le revenu jusqu’au Plafond de la sécurité sociale (Pass) et 8% au-delà.

     

    Quel régime de retraite pour les professions libérales ?
     
    Notaire, médecin, chirurgien-dentiste, agent d'assurances, expert comptable, géomètres…
     
    En tant que profession libérale, vous dépendez de l'une des dix caisses réservées aux professionnels.
     
    Mais votre régime "à points" a été en partie unifié.
     
    Régime de base

     

    Depuis 2004, votre régime de base, piloté par la CNAVPL, s’appuie sur un système de points. Pour tous les professionnels, sauf pour les avocats qui dépendent d’un régime spécifique (CNBF), les cotisations sont dorénavant identiques, à revenu identique.

    Ces dernières sont proportionnelles aux revenus, eux-mêmes divisés en deux tranches. Une cotisation minimale est appelée sur un revenu correspondant à 200 heures de Smic pour valider un trimestre d’assurance. Des facilités vous seront accordées si vous vous trouvez en phase d’installation.

     

     

    Régime complémentaire

     

    Toujours basée sur l’acquisition de points, votre retraite complémentaire, en revanche, varie suivant votre profession.

    Elle est prise en charge par dix caisses différentes. Pour les professions médicales et paramédicales conventionnées, elle se complète en outre d’une allocation supplémentaire, dite « ASV » (avantage social vieillesse). Les professionnels ont également la possibilité de souscrire un contrat de retraite dit « Madelin », dont les cotisations sont déductibles du revenu imposable, dans certaines limites.

     

    Il est recommandé de tenir à jour vous-même le décompte de vos points de retraite.

  • Présentation de nos solutions retraite complémentaire :

     

    Saisir la carte de la sécurité

    Le fonds en euros (aussi appelé « actif général »), regroupe l’ensemble des placements qu’un assureur effectue pour ses souscripteurs. Il vous offre le maximum de sécurité et assure un rendement régulier et raisonnable de votre épargne. Vous aurez un placement composé d’une majorité d’obligations et d’une petite partie d’actions et d’immobilier sans aucun risque de perte en capital.

    Certains organismes proposent aujourd’hui un « fonds en euros dynamique ». Géré activement par des experts financiers, la part des actions est un peu plus importante. Il propose donc un rendement amélioré, peut-être moins régulier, avec la même garantie de capital.

     

    Choisir un niveau de risque adapté

    Vous pouvez introduire une part de risque dans votre placement, en optant pour les « unités de compte ». Vous définissez l’importance du risque financier, du plus sécuritaire au plus dynamique, en jouant sur l’équilibre obligations/actions. A l’inverse d’un fonds en euros, les unités de compte offrent des perspectives de performances plus importantes mais peuvent varier à la hausse comme à la baisse. Leur valeur, fluctuante, ne peut donc pas être garantie.

     

    Bien se préparer

    Avant toute souscription, il est recommandé de faire le point sur votre projet. Un contrat d’assurance-vie peut vous servir dans de multiples contextes : préparer votre retraite, transmettre un capital à vos enfants, compléter vos revenus, protéger votre conjoint. Ce faisant, il est important de savoir si vous aurez besoin de trésorerie. Cela permettra d’organiser vos placements en fonction de votre situation personnelle.

    L’horizon de placement que vous envisagez va lui aussi orienter votre choix. Pour du court-terme, optez pour un fonds en euros. Si vous placez à long-terme, vous pouvez envisager un support plus risqué.

    Vous pouvez bien entendu panacher votre investissement entre le fonds en euros et les unités de compte en vous servant du fonds en euros comme un « coussin sécuritaire » sur la période d’investissement envisagée.

    Voir fluctuer son épargne n’est pas perçu de la même façon d’une personne à l’autre. Votre sensibilité au risque et votre niveau de connaissance des marchés jouent un rôle de premier plan.

     

     

    Épargne d’entreprise : quels sont les avantages des contrats « article 83 » ?

     

    Si elle le souhaite, votre entreprise peut mettre en place un dispositif d’épargne retraite « Article 83 », à l’intention d’une catégorie objective de salariés (les cadres, les non-cadres, etc.) ou pour l’ensemble de ses collaborateurs. C’est votre employeur qui définit la fréquence et le taux des cotisations : 3% de votre rémunération, chaque trimestre, par exemple. Il peut totalement prendre en charge les versements ou bien les partager entre lui et vous-même.

     

    Un compte transférable

     

    Ce compte individuel vous apportera un complément de revenu, sous forme de rente exclusivement, versée au moment de votre départ à la retraite. Des cas de déblocage anticipé sont toutefois prévus, comme la situation de surendettement, la fin des indemnités de chômage ou l’invalidité sévère. Vous changez d’emploi ? Si votre nouvelle entreprise dispose elle aussi d’un contrat « article 83 », vous pourrez transférer votre compte. Si elle ne le propose pas, vous conserverez votre compte dans votre ancienne entreprise. Sous certaines conditions, vous pourrez continuer à y effectuer des versements. En revanche, vous ne bénéficierez plus des cotisations de votre ancien employeur.

     

    Un moyen d’alléger vos impôts

     

    Ce contrat possède l’avantage de vous permettre de réaliser des versements individuels facultatifs (VIF), déductibles de votre revenu net global, donc d’alléger vos impôts. Un plafond est cependant fixé au montant de ces versements, chaque année, par l’administration fiscale, en fonction de vos déclarations de revenus antérieures. Pour connaître le montant maximum déductible de vos revenus 2014, il vous suffit de vous reporter à votre avis d’imposition de cette année (relatif aux revenus de 2013). Calculé pour chaque membre du foyer fiscal, ce plafond annuel est reportable les trois années suivantes : si vous ne l’avez pas utilisé les trois années antérieures, vous avez le droit de majorer votre plafond de déductibilité actuel de tout ou partie des plafonds des trois dernières années. Si vous disposez d’un capital à placer et que vous partez bientôt à la retraite, ce contrat constitue donc un bon moyen de réduire vos impôts, tout en augmentant la valeur de votre compte d’épargne, donc de vos futures rentes. Si votre entreprise vous le permet, vous pouvez aussi y monétiser une partie des jours de votre compte épargne temps, à raison de 10 jours par an au maximum, ainsi que vos jours de repos non pris.

     

    Pour en savoir plus :

     


    ARTICLE 82 : EPARGNE ENTREPRISE :
     

    De quoi s’agit-il ?

    Produit d’épargne souscrit par votre employeur, le contrat « Article 82 » est approvisionné par l’entreprise en pourcentage de votre salaire.

    Il vous offre ainsi la possibilité de vous constituer un revenu complémentaire, disponible lors du départ à la retraite, sous forme de rente ou de capital

     

    Qui est concerné ?

    Contrairement aux contrats de type Article 83, l’article 82 est un régime collectif à adhésion facultative souscrit par l’entreprise, quelle que soit sa taille, au profit d’un ou plusieurs membres de son personnel. Il ne concerne donc pas forcément l’ensemble des salariés. Individuel et facultatif, il peut vous être proposé par votre employeur comme un avantage en nature supplémentaire. On l’appelle souvent, pour cette raison « contrat en sursalaire ».
     

    Quel est son régime fiscal ?

    Les versements effectués par votre employeur constituent une rémunération imposable à l’impôt sur le revenu dans les mêmes conditions que votre salaire. Au niveau des prestations, sa fiscalité relève par ailleurs de l’assurance-vie : en cas de sortie en capital au bout de 8 ans, celui-ci est exonéré d’impôt dans la limite annuelle de 4 600 € de plus-values pour un célibataire et 9 200 € pour un couple. En cas de sortie en rente, ces dernières sont soumises au régime fiscal des rentes viagères à titre onéreux. Elles ne sont soumises à l'impôt sur le revenu que pour une fraction de leur montant. Cette fraction est fixée en fonction de votre âge lors du premier versement.
     

    En quoi peut-il m’intéresser ?

    Votre employeur déduisant les sommes versées du résultat imposable de l’entreprise, ce contrat peut constituer un outil de motivation à prendre en compte, pour lui comme pour vous, dans le cadre d’une négociation autour de votre rémunération. Contrairement au dispositif « article 83 » qui autorise seulement une sortie en rente viagère, il vous permet de vous constituer un capital à quelques années de la retraite.

     

     

    Épargne retraite d’entreprise : quels atouts pour l’article 39 ?

     

    Contrat d’épargne collectif, le dispositif « article 39 » permet aux salariés de bénéficier d’un complément de retraite sûr et avantageux : le montant de ce dernier est en effet défini et fixé à l’avance, tandis que les cotisations sont entièrement prises en charge par l’entreprise. Celles-ci sont déductibles du résultat imposable de la société et exonérées de charges sociales. Elles n’entrent pas non plus dans le calcul de l’impôt sur le revenu pour les salariés. En revanche, l'employeur doit verser une contribution, au choix soit sur les primes soit sur les rentes versées.

     

     

    Une retraite améliorée

     

    Objectif de la démarche : vous garantir, lors de votre départ à la retraite, un revenu supplémentaire dont le montant est connu dès la souscription. Ce dispositif peut par exemple prendre en charge la perte de revenu que provoquera la liquidation de vos droits à la retraite ou vous faire bénéficier d’une somme égale à 10 % de votre dernier salaire annuel brut..


     

    A condition de rester fidèle !

     

    Pour bénéficier de cette rente, si votre entreprise s’y engage et si vous faites partie de la typologie de salariés définie par le contrat, vous devrez rester fidèle à l’entreprise jusqu’à la fin de votre carrière. Le moment venu de toucher votre revenu complémentaire, vous pourrez cependant choisir votre type de rente, selon les possibilités offertes par le contrat : rente viagère simple, rente avec réversion (reversé au conjoint en cas de décès), par paliers (sur une durée définie).

     

     

     

    Épargne d’entreprise : que faut-il attendre du dispositif Perco ?

     

    Que verse-t-on sur le Perco ?


     

    Ce plan d’épargne qui s’adresse à toutes les entreprises, y compris les TPE et PME, peut s’alimenter via différentes sources : des versements volontaires (plafonnés au quart de votre revenu brut annuel de l'année précédente), qui peuvent être abondés par l’employeur, l'intéressement et la participation (exonérés d’impôt sur le revenu), des transferts provenant d’autres plans d’épargne salariale, des droits issus d’un Compte Épargne Temps (CET), dans la limite de 10 jours par an, des jours de congés non pris, dans la limite de cinq jours par an, si votre entreprise ne dispose pas d’un CET.

     

    À conserver jusqu’à la retraite

     

    Le Perco est le seul dispositif permettant de disposer d’un complément de revenus sous forme de rente viagère et/ou d’un capital défiscalisé (hors prélèvements sociaux), lors du départ à la retraite. Des cas de déblocages anticipés sont prévus, comme l’achat de la résidence principale, mais, en théorie, les fonds resteront bloqués jusqu’au départ à la retraite. A ce moment, vous pourrez alors choisir entre un capital ou une rente viagère. Le capital sera exonéré d’impôts (hors prélèvement sociaux). La rente sera partiellement imposée en fonction de votre âge au moment de la liquidation. Cette dernière solution peut toutefois s’avérer intéressante si les sommes placées sont suffisamment conséquentes. A quelques années de la retraite, ce dispositif s’avère sans doute moins attractif que celui de « l’article 83 », mais il vous permet malgré tout de vous constituer un revenu complémentaire sans trop de difficulté. Surtout si votre employeur se montre généreux au niveau de la participation et/ou intéressement ainsi que sur l’abondement …

     

     

    Pour en savoir plus :

     

    Qui est concerné ? 

    Le Perco est ouvert à tous les salariés de l’entreprise (sous réserve d’une éventuelle condition d’ancienneté de trois mois maximum). Les chefs d’entreprise et les mandataires sociaux sont également éligibles au Perco, si le plan le prévoit, dans les entreprises dont l’effectif comprend au moins un salarié (distinct du chef d’entreprise) et n’excède pas 250 salariés.

    La participation : elle est obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés. Le versement d’une quote-part de participation est exonéré d’impôt sur le revenu. Sans avais contraire du bénéficiaire, la moitié de ses droits issus de la participation résultant de la formule légale sera affecté automatiquement au Perco.

    Qu’est-ce que l’abondement ? Il s’agit d’une contribution versée par l'employeur en complément de vos versements réalisés sur votre Perco. Il est limité à 300% du versement effectué et dans la limite de 16% du plafond annuel de la sécurité sociale.

    Quels sont les cas de déblocage anticipé ? Le décès ou celui de votre conjoint, l’acquisition ou remise en état de votre résidence principale à la suite d’une catastrophe naturelle, le surendettement, l’invalidité de 2ème ou 3ème catégorie ou l’expiration de vos droits à l’assurance chômage,

    Où trouver les textes réglementaires ? Dans le code du travail vous trouverez des précisions sur les entreprises concernées et les conditions de mise en place ; sur les modalités de versement.

     

     

    Un guide utile :

    Le site du Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social publie un Guide de l’épargne salarial.

     

    Ce document très complet détaille les lois régissant l’épargne d’entreprise, les modalités de mise en place, leur gestion, etc

    Par capitalisation, avec rente ou non, par points, individuelle ou collective

    et des avantages fiscaux et sociaux...

  • NOS PROGRAMMES RETRAITE :

    Pour les entrepreneurs, les salariés, les indépendants ( artisans, commerçants, professions libérales)

     

    Des centaines de fonds d'investissements retraite en architecture ouverte qui répondent à tous les objectifs possibles selon les profils les plus variés ...

    L'épargne collective pour les entreprises

    Les plus de SwissLife Plan d’Épargne Retraite Entreprises :
    Un contrat modulable, qui s’adapte à vos besoins
    Une table de mortalité garantie
    Une offre financière à la carte
    Des garanties de prévoyance pour protéger
    les adhérents et leurs proches
    Un large choix d’options de rentes

     
    SwissLife Plan d’Épargne Retraite Entreprises vous offre l’opportunité
    d’aider tout ou partie des collaborateurs de votre entreprise à
    se constituer un complément de retraite.
     
    En mettant en place un contrat collectif de retraite
    à cotisations définies, vous vous accordez1, ainsi qu’à vos collaborateurs,
    un complément de rémunération avantageux sur le plan fiscal et social,
    qui contribue à la performance de
    votre politique sociale.
     
    Une grande souplesse :

    Une table de mortalité garantie
    Vous pouvez souscrire SwissLife Plan d’Épargne Retraite Entreprises
    au bénéfice de l’ensemble des salariés de votre entreprise ou
    de catégorie(s) objective(s) de personnel 2.
     
    Chaque adhérent se voit attribuer un compte individuel de retraite
    alimenté par des cotisations périodiques obligatoires financées
    pour tout ou partie par votre entreprise.

    En complément, l’adhérent peut également alimenter son contrat
    par des versements individuels facultatifs et/ou le versement de jours
    de repos non pris 3, bénéficiant ainsi d’avantages fiscaux significatifs.
     
    Son épargne fructifie sur les supports financiers de son choix.
    À la retraite, l’épargne constituée sur son compte lui permet
    de bénéficier d’un complément de revenu versé à vie (rente viagère).
    À noter Le contrat de retraite à cotisations définies peut être alimenté
    par des jours issus du Compte Épargne Temps ou des jours de repos
    non pris 4, jusqu’à 10 jours par an.

    Swiss Life garantit la table de mortalité qui sera utilisée pour convertir
    le capital de chaque adhérent en complément de retraite versé à vie :
     
     à l’adhésion, sur l’ensemble, à la date de l’opération,
    sur les versements des cotisations obligatoires, individuels facultatifs
    et les transferts.

    Les adhérents sont ainsi protégés contre les conséquences
    de l’allongement de la durée de vie.
     
     

    Un cadre fiscal et social privilégié :


    l Pour votre Entreprise :

     

    Les cotisations versées sur le contrat sont :

    déductibles sans limite de l’assiette de l’impôt sur les bénéfices1 ;

    exonérées de charges sociales, dans la limite individuelle de 5 %

    de la rémunération annuelle plafonnée à 5 Plafonds annuels de

    la Sécurité sociale (PASS), mais soumises au forfait social2 et la CSG / CRDS3.


    2.Pour les adhérents :

     

    Les cotisations patronales sont exonérées d’impôt

    sur le revenu, dans la limite annuelle de 8% de la rémunération annuelle

    brute et de 8 PASS. Ces contrats sont exonérés d’impôt de solidarité sur

    la fortune (IFI), pendant la phase d’épargne comme la phase de rente4. �

    Les cotisations obligatoires éventuellement financées par l’adhérent

    sont déductibles de l’assiette de l’impôt sur le revenu 5 dans les limites

    de la même enveloppe. � Les versements individuels facultatifs effectués

    chaque année par l’Adhérent sur le contrat sont déductibles de

    son revenu imposable dans les limites de son enveloppe fiscale PERP 6.

     

     

     

    L'épargne individuelle du particulier

    Le PERP, une solution simple et solide,

    pour tout le monde

    Les avantages du PERP
     
    • La souscription d’un PERP offre tout d’abord un avantage fiscal : chaque année, les sommes versées sur un PERP sont déductibles du revenu du foyer, dans la limite d’un plafond global.
    • Elle permet également de préparer votre retraite en complétant les pensions versées par l’Etat et les caisses complémentaires par une rente viagère (ou une épargne convertie en points de rente, selon les contrats choisis).
    • Enfin, le PERP peut permettre de se constituer une épargne affectée à l’acquisition d’une résidence principale, en accession à la première propriété.
     
    Les contraintes du PERP
     
    • L’épargne versée sur un Perp est en principe bloquée jusqu’à l’âge de la retraite. Le capital sera alors servi uniquement sous forme de rente.
    • D’autre part, si l’avantage fiscal a lieu à l’entrée, après le départ à la retraite, en revanche, la rente viagère est soumise à l’impôt sur le revenu.
     
    Déblocage d’un PERP, clôture du capital
     
    • Dans certains cas exceptionnels, il peut être possible de récupérer son épargne de façon anticipée : invalidité, décès du conjoint, fin de droits aux allocations chômage, liquidation judiciaires, voire surendettement…
    • En cas de décès du bénéficiaire, la rente peut être reversée au conjoint survivant (ou à un autre bénéficiaire expressément désigné).
    Ces cas exceptionnels justifiant un déblocage du capital du PERP sont explicités dans le contrat.
     
     
     
     
     
     

    L'épargne individuelle du professionnel indépendant

    • Une retraite complémentaire pour les non salariés :
    SwissLife Retraite Sélection est un contrat d’assurance collective de retraite par capitalisation à adhésion individuelle et facultative souscrit, pour le compte de ses adhérents, par l’Association Générale Interprofessionnelle de Solidarité (A.G.I.S.) auprès de SwissLife Assurance et Patrimoine.
     
    Il est établi sous la forme d’un contrat d’assurance sur la vie à capital variable, libellé en unités de compte et/ou en euros.
     
    Destiné à la préparation de la retraite des professionnels non salariés (artisans, commerçants, professions libérales, exploitants agricoles), il répond aux exigences des lois :
    - n° 94-126 du 11 février 1994, relative à l’initiative et à l’entreprise individuelle, dite « loi Madelin »,
    - n° 97-1051 du 18 novembre 1997, d’orientation sur la pêche maritime et les cultures marines (« Madelin agricole »),
    - n° 2003-775 du 21 août 2003, portant réforme des retraites, dite « loi Fillon ».
     
     
    - L’opportunité de profiter des évolutions des marchés financiers
    Les cotisations versées par l’adhérent peuvent être investies sur des supports en unités de compte, afin de profiter de l’évolution des marchés financiers sur le long terme.
    Cette optique est particulièrement cohérente avec SwissLife Retraite Sélection qui se dénoue seulement lorsque l’adhérent a fait valoir ses droits à la retraite auprès de son régime de base obligatoire.
     
    - Une gamme étendue de fonds pour répondre à toutes les situations
    Selon la durée restant à courir jusqu’à l’âge probable de son départ à la retraite, sa situation financière et familiale, sa sensibilité au risque, l’adhérent orientera de façon personnalisée le placement de ses cotisations.
    Pour répondre à la diversité des situations, SwissLife Retraite Sélection propose un large choix de supports à l’adhérent : 1 fonds "euros", 4 fonds "à profil de gestion" et
    27 autres fonds libellés en unités de compte.
     
    -Les atouts de la multigestion
    Afin de mieux répartir les risques et de profiter des compétences des nombreux acteurs du marché, les OPCVM choisis sont souvent multigérés (plusieurs Sociétés de gestion y participent).
     
    - Des Sociétés de gestion prestigieuses :
    De plus, le choix des supports a tenu compte de la compétence et de la renommée des Sociétés de gestion qui les proposent : BlackRock I-M, Carmignac Gestion, DNCA Finance, DWS Investments, Fidelity Investments Lux. SA, Franklin Templeton A-M, Halbis Capital Magagement, HSBC Investment Funds (Lux), Métropole Gestion, Pictet Funds, Rotschild & Cie Gestion, Sinopia Société de Gestion.
     
    -Deux modes de gestion au choix, avec des mécanismes sécurisés :
    A l’adhésion tout comme en cours de contrat, l’adhérent peut choisir pour son épargne entre deux modes de gestion :
     
    - La gestion libre : le choix de l’adhérent est total dans l'arbitrage des supports et il peut bénéficier de deux options d'arbitrage automatique : l’arbitrage automatique des plus-values et l’arbitrage automatique en cas de moins-values.
     
    - L’arbitrage automatique et progressif de l’épargne vers le fonds en euros : sans que l’adhérent intervienne et en fonction de la durée restant à courir jusqu’au terme de l’adhésion, SwissLife Assurance et Patrimoine applique automatiquement une répartition entre la valeur du fonds "euros" et celle du ou des supports en unités de compte choisis par l’adhérent.
     
    - Une totale liberté d’arbitrage
    Dans les limites définies par le mode de gestion choisi, l’adhérent a une liberté totale d’arbitrage tout au long de la vie du contrat entre les différents supports proposés.
     
    - Une large déductibilité fiscale
    Dans le cadre de l’article 154 bis du Code Général des Impôts (pour les artisans, commerçants, professions libérales) ou de l’article 154 bis 0A du même Code (pour les exploitants agricoles), l’adhérent peut déduire ses cotisations de son bénéfice net imposable dans une limite égale au plus élevé des deux montants suivants :
    - 10 % du bénéfice net retenu dans la limite de 8 plafonds annuels de la Sécurité sociale augmenté de 15 % de ce même bénéfice net compris entre 1 et 8 plafonds annuels,
    - 10 % de 1 plafond annuel de la Sécurité sociale.
     
    - Une garantie « plancher-décès » en option
    Avec cette garantie, en cas de décès de l’adhérent avant le terme du contrat, et si le compte présente une moins-value, le ou les bénéficiaires de l’adhérent reçoivent sous forme de rente, un capital destiné à compenser ce déficit.
     
    Ce capital supplémentaire est limité au plus petit des trois seuils suivants :
    - écart entre le cumul des cotisations nettes de frais d’adhésion et le montant de l’épargne acquise,
    - 30 % du cumul des cotisations nettes de frais d’adhésion,
    - 75 000 €.
     
    - Une rente à vie garantie dès l'adhésion
    Le taux de conversion de la rente qui sera versée aux assurés est garanti dès leur adhésion et jusqu'à la liquidation de leur retraite.
     
    Le choix entre cinq options de rente au terme de l’adhésion :
    - rente à vie non réversible, cessant dès le décès de l'adhérent,
    - rente à vie non réversible comportant la garantie du service d'un certain nombre d'annuités,
    - rente à vie réversible en cas de décès de l’adhérent, à 60 % au profit d’un bénéficiaire désigné,
    - rente à vie réversible en cas de décès de l’adhérent, à 100 % au profit d’un bénéficiaire désigné,
    - rente à vie réversible en cas de décès de l’adhérent, à 100 % au profit d’un bénéficiaire désigné, avec service d’un certain nombre d’annuités garanties.
     
  • Communiquez avec nous

    pour mieux nous connaître ...

  • Nous Contacter :

    Pour un entretien retraite individuel ou un projet collectif ...

    Twitter

     

×
MENTIONS LEGALES
pour BLUE HIGHLAND PATRIMOINE :
ENTREPRISE INDIVIDUELLE :
 
immatriculée à RCS de Fréjus N° 424 918 712

Etablissement principal : 
Route des Vernèdes Immeuble Center Azur  83480 PUGET sur ARGENS

Etablissement secondaire :
Agence des Assurances des Monts d'Azur, 7897 Route Napoléon 85, Villaute La Doire 06750 SERANON
N° ORIAS : 08040333     et …

RC Pro de courtier en assurances :

Police N° FN4715 CNA  Insurance Garanties 1.500.000 €uros par sinistre     2.000.000 €uros par période  d'assurances.
×
Directeur de la publication et Webmaster :
Daniel MANIVET

Vous souhaitez vous désinscrire de nos e.mails et fichiers prospects, n'hésitez pas à nous adresser un e.mail

sous contrat C.G.P.I auprès de SWISSLIFE, AXA France et AG2R la Mondiale et sa plateforme APREP Diffusion

Daniel MANIVET est conseil et courtier en assurances  depuis 2008 et CGPI depuis 2009 .
Cette expérience est associée avec celle de conseil en entreprise, enseignant en écoles de commerce, et formateur depuis 28 ans. 

Nos services financiers de conseils sont soit inclus dans nos prestations de courtage,  soit font l'objet d'une facturation d'honoraires pour les activités de gestion de patrimoine... 

Il s'agit de conseils en placements financiers auprès de nos partenaires assureurs pour une gestion sous mandat...